Eva Riveros

Je vous propose des séances de coaching personnel de vie ainsi que des libérations d'allergies et de phobies.

Contactez - moi

06.46.75.91.46

Mes engagements

Transformation

évolution

Adaptation

 

Découvrez les conseils et articles de votre Coach de vie personnelle et conseillère en relation humaine à Thionville, Metz et Yutz


 

Coach de vie personnelle et conseillère en relation humaine à domicile à Thionville, Yutz et Metz, je vous propose de découvrir tous mes articles de blog concernant mon activité.

 

 

Publiée le samedi 05 janvier à 20h54
Répondre au sexisme

Qu'il est difficile en 2019 d’être une femme. Il faut être parfaite : femme, sexy et en forme, maman attentionnée, travailleuse investie, amies, sœur, fille, mais le tout sous de nombreuses réflexions désobligeantes et servi sur un plateau patriarcal bien fournit en sexisme. Comment y répondre de façon à se protéger mais tout de même à amener une réflexion qui, cumulé fera changer les mentalités.

 

Je vous propose 2 méthodes pour apprendre à répondre au sexisme. Je ne vous parlerais pas ici de l'importance de répondre au sexime, autant qu'à l'homophobie, au racisme, à la grossophobie,... Ne rien dire c'est soutenir. 

 

On peut agir, en tant que témoin ou que victime, à différent dégrès. En fonction de votre personnalité, de votre implication et ausi de vos besoins. En fcontion des jours, vous n'agirez pas pareil. 

 

LES BASES

Voici un exemple de ce que nous pourrions dire, tout le temps.

 

    • S'excuser après coup : Souligner que ce qu'il vient de se passer n'est pas ok
    • Appeler un chat un chat: Une blague sexiste est une remarque sexiste, dites sur le ton de l'humour ou non.
    • Inclure et responsabiliser  : "ON ne fait pas ça." Dans un groupe, nous sommes tous responsables. 
    • Proposer une réparation : "De quoi tu as besoin ?" Un câlin ? taper dans un coussin ? Parler  ? Pleurer ? 
    • Retablir ses limites : Nous avons tous nos limites, il nous incomble de leur poser, sinon nous ne pouvons pas dire qu'elles ont été franchies.  "Moi on me parle avec respect ou je n'écoute pas." C'est tout, non négociable. Ou peut etre que c'est juste pour cette personne que la limite s'appliquer. Peu importe il est important de le dire. 

sexisme femme feministe yutz thionville metz luxembourg

LA METHODE COLOMBO 

Pour répondre au sexisme, avec légèreté, humour ou sarcasme, rien de mieux que la méthode colombo : jouer la fausse naïve un poil bête
=  Trouver la faille du raisonnement  avec humilité

1. Identifier la mauvaise foi de l’autre dans votre tête. Bah oui, faut déjà être conscient.e du sexisme qui nous environne sinon on ne peut pas s'en défendre. 


« Mais quel irrespect ! C’est hyper sexiste ce qu’il dit !»

2. Lui dire que vous le croyez, si possible avec étonnement ou admiration

« Ha bon ? Mais c’est dingue ça ! »


3. Reformuler ce qu’il a dit de façon un peu stupide

« Tu veux dire que ……. »

4. Lui poser des questions ouvertes naïvement


« Mais alors c’est aussi vrai pour….. » / « Mais alors est-ce que ça veut dire que… ?»

4. Ou vous pouvez aussi interpréter complètement d'une autre façon l'information. 

5. Observer la réponse de l’autre : Il peut se rattraper, s’excuser, se réajuster, partir s’énerver ….


Un exemple : 

 

- " Ha dégue, t'es pas épilée ! " 

- " Ha bon ? C'est dégueu ? Moi je croyais que c'était juste naturel !"

- "Quand même ça choque ! "

- "Mais oui tu as raison ! C'est comme si on était des mammifères ! Maintenant que tu le dis c'est choquant aussi chez les hommes. Beurk. "

- " N'importe quoi c'est pas pareil pour les hommes ! C'est culturel !" 

- "Oui c'est vrai, mais quand même les poils sur une femme, beurk beurk, immagine après on va toute se mettre à allaiter nos enfant ou pire, les porter ! " 

Ou encore, l'interprétation (version sarasme)

 

-" Et là, la fille se pointe, pas épilée quoi ! l' horreur !"

- " Ho mon pauvre petit chéri, tu as seulement compris à 26 ans que les femmes, comme tous les humains étaient dotées de poils car se sont des mammifères, comme tu as du te sentir bête !" 

Encore une pour la route 

- "Hoalala Nicolas il court vraiment comme une femelette ! "

- "Ha bon ? Mais ça veut dire quoi exactement tu veux bien m'expliquer ?"

- "Bah,.... il court pas vite quoi !"

-" Haaaa oui, d'accord tu as raison il est lent. D'ailleurs, c'est curieux. Je me demande pourquoi il y a une épreuve de course femme au J.O si elles sont toutes lentes. "

- " Il y a des femmes rapides, mais c'est rare."

" Ha d'accord je vois. Donc tous les garçons sont super rapides !! Vous gagnez tous vos courses ?!! Bravo ! Mais alors vous ne gagnez pas vraiment..." 

 

=> Remettre en question, même si l’interlocuteur ne change pas directement d’avis permet de travailler son cerveau adaptatif : Nous l’avons fait grandir !

=> Il vaut mieux en parler avec légèreté qu’être en colère toute la journée : ça ne règle pas le problème mais ça nous bouffe

=> Passer pour une débile 2 minutes mais déconstruire tout un modèle sociétal, moi j'aime bien l'idée 

=> Autre alternative à : l’exaspération, la colère, la rage, le dégout. Ces alternatives sont justes, personne n'a le droit de nous dire quoi ressentir. En revanche, si nous ne savons pas les prendre en charge, elles vont nous blesser, et pas nous aidé, ni l'autre ni nous. 

 

L'ECOUTE EMPATHIQUE 

Si nous nous sentons Dalaï-Lama, ou que l'agresseur nous est cher, nous pouvons pratiquer l'écouter empathique. C'est toujours efficace, mais ça prend du temps et surtout du détachement. Et quand on est vraiment blessé, on ne peut pas offir d'empathie à l'autre. 
Cette méthode est parfaite pour écouter quelqu'un qui parle de sexisme, plus difficile si nous sommes victimes. 

1. Se connecter à l'autre 

« J’ai l’impression que ça t’as vraiment énervé je me trompe? »

2.Ecouter / Se taire 

 « mmh,... » , « Je vois »


3.Reformuler = ne pas donner son avis 

 «  Tu veux dire que tu marchais tranquillement et qu’un inconnu t’as sifflé, comme ça ! »

4. Donner à l'autre la capacité de s'en réparer. *

" Je vois que cette expérience t'as vraiment blessé, de quoi tu aurais besoin maintenant ?"

 

5 . Accueillir ou recommencer jusqu'à ce que le besoin soit réalisable

 

* 4.  Lorsque nous ne pouvons pas donner de l'empathie à l'autre, nous pouvons nous excuser ou reporter la discussion

« Je suis désolée, ça me donne tellement envie de vomir que j’ai vraiment du mal à t’écouter parler de ça. Je suis disponible pour en reparler cette après-midi , ça te va ? / Je ne souhaite vraiment pas en parler pour le moment je m'excuse. »

Un exemple :

En aboyant -« Retourne faire à manger, connasse »

-«  Vous m’avez l’air d’être en colère »

-«  Et comment que je le suis ! Vous êtes toutes bonnes  à rien, comme mon ex ! »

-«  Vous avez eu une expérience douloureuse avec une femme. J’ai l’impression qu’elle vous a beaucoup blessé. »

En serrant les poings -«  Elle m’a complètement détruit, elle s’est fait la malle avec le boucher, la pute. »

-«  Elle a brisé votre contrat de couple et vous à briser le cœur »

Avec une mine triste -«  Ho, finalement quand je vois comme j’étais malheureux avec elle, je me dis que c’est mieux comme ça. Le destin…

-« Vous avez l’air de préférer votre vie d’aujourd’hui »

-« Oui, mais à vrai dire je suis toujours en colère »

-«  De quoi auriez-vous besoin ? »

-« D’amour comme tout le monde ! M’enfin c’est pas en insultant les femmes qu’elles vont m’aimer. C’est une balle dans le pied.. »

 

La personne ne s'est pas forcément excuser, mais elle a cheminée. Et vous l'avez écouté, sans réagir sous le coup de votre émotion, en cherchant à comprendre, nous créeons, un lien, quelque chose qui connecte. En voyant d'ou l'autre vient il est plus facile de prendre de la distance :

Un jugement ne parle que de celui qui le DIT 

 

Belle journée, 

 

Eva Riveros

yutz thionville metz luxembourg nancy en ligne coach developpement personnel vie couple famille

Articles

Le monde tel qu’il est (pour nous)

Nous aimerions tous vivre dans un monde de paix, sans violence, sans tourments, sans douleurs. Il y ferait bon vivre, les personnes coexisteraient sans difficultés entres-elle et avec la nature...

Lire la suite

Amour pour soi

RuPaul "Souvent, certaines personnes veulent avoir quelqu'un dans leur vie, car ils ne veulent pas être seul. Ma question est la suivante, si TU ne veux pas être avec toi même, pourquoi les autres le voudraient ?!...

Lire la suite

La trahison et la confiance en soi

Enfant, nous subissons beaucoup de blessures, de la part de notre environnement, de nos parents bien sûr, mais pas que. Une blessure seule perturbe l'enfant mais n'altère pas obligatoirement son développement...

Lire la suite

La honte et la culpabilité – la peur et la tristesse

La honte et la culpabilité sont deux fléaux dans notre société. Elles sont partout, dans les pubs, à l'école, dans les relations humaines, la politique. Nul n'y échappe, mais nous n'avons pas tous appris à nous en défendre...

Lire la suite