Eva Riveros

Je vous propose des séances de coaching personnel de vie ainsi que des libérations d'allergies et de phobies.

Contactez - moi

06.46.75.91.46

Mes engagements

Transformation

évolution

Adaptation

 

Découvrez les conseils et articles de votre Coach de vie personnelle et conseillère en relation humaine à Thionville, Metz et Yutz


 

Coach de vie personnelle et conseillère en relation humaine à domicile à Thionville, Yutz et Metz, je vous propose de découvrir tous mes articles de blog concernant mon activité.

 

 

Publiée le vendredi 04 janvier à 13h54
L’empathie au profit de l’irrespect

 L’empathie, c’est la capacité à s’identifier à l’autre dans ce qu’il ressent. C’est se connecter à l’autre, aussi différent ou proche de nous qu’il puisse être et comprendre ce qui l’anime et ses émotions.

L’empathie, c’est génial, ça résout des conflits, ça booste l’amour, la confiance, l’estime, la compréhension. Mais certains voire la plupart d’entre nous, nous ne l’utilisons pas correctement….

Les conséquences lorsque nous ne nous montrons pas d’empathie pour nous-mêmes

A trop vouloir être apprécié de l’autre, à comprendre l’autre, à être « une bonne fille » ou « un bon garçon », à avoir peur de décevoir ou de se faire culpabiliser, nous nous mettons nous de côté, nous ouvrons notre cœur à l’autre et à son problème, en nous oubliant. Le problème est que nous nous négligeons alors, nous priorisons l’autre ! Cela revient à se dire que l’autre est plus important que soi. 

Lorsque l'autre vient avec son problème, c'est SON problème. Parfois, nous lui volons. Parfois, il nous est impossible d'écouter son problème. Dans les 2 cas, ces symptômes apparaissent : Si l’une de ses réponses est cochée pour vous ou pour l'autre impliquée dans la relation, lisez la suite ! Sinon vous pouvez toujours lire à titre indicatif ;) .

 

    • Nous sommes rancuniers, et utilisons un évènement régulièrement lors des prises de tête, remettons sur le tapis, ressassons.
    • Nous pensons que l’autre ne nous comprend pas, nous nous sentons seul.es, incompris.es
    • Nous avons l’impression que nous nous sacrifions pour l’autre
    • Nous avons l’impression que la relation n’est pas égalitaire (moi je fais ça mais toi non)/ (moi j’essaye de te comprendre et toi non)
    • Nous laissons l’autre nous culpabiliser, nous ne savons pas dire non

Si vous ou votre partenaire vit cela, c'est qu'il y a un don d’empathie « trop tôt » pour celui qui a un problème ou qui nous a blessé.   Nous ne pourrons jamais donner de la bienveillance et de l’amour à l’autre si nous ne nous en donner pas à nous-mêmes.

 

Les bases absentes 

La notion d’empathie est élémentaire mais très peu présente en France, pas en famille, encore moins à l’école : jugements, reproches, punitions, violences, harcèlement, moqueries et j’en passe. Nous n’avons pas été éduqués pour. Et pourtant !

Nous avons pourtant entendu ses phrases toutes notre enfance :

 

«  Ne te moques pas, c’est mal poli ! »

« Ne la juge pas tu ne la connais pas ! »

« On ne montre pas du doigt ! »

Mais alors pourquoi n’incluons-nous pas plus l’autre ? Pourquoi n’avons-nous pas appris ces leçons, pourtant vrai et pleine de sens !  C’est très simple :

 

«  Avant de donner de l’empathie aux autres, il faut s’en donner à soi ».

Et ça, peu de personnes nous l’ont appris ! Voici des solutions simples et concrètes pour mettre en place l’empathie pour soi.

 

Comment se donner de l’auto-empathie ?

Assez des articles de 30 pages explicatifs, voici des solutions rapides et concrètes.

1.Mettez vous en sécurité!

  • Dites « J’ai entendu ce que tu/ vous me dites, j’ai besoin d’un temps pour moi »
  • Partez de la pièce ou de la situation blessante, isolez vous (allez au toilette, boire de l’eau, se laver les mains, …)

2. Conscientiser ! Répondez à ses questions :

    • « Qu’est ce que je ressens comme émotion ? » : de la colère, de la peur, de la tristesse, de la rage, du dégoût,
    • « Qu’est ce qui m’as blessé ? »: Son ton, sa remarque, ce qu’il a sous entendu, son agressivité, ….
    • « De quoi j’ai besoin ? » : ne pas être transparent.e, qu’on s’excuse, qu’on me respecte, d’être cru.e, ….

3. Exprimer sainement vos émotions :

    • Si c’est de la colère ou du dégoût, ou de la rage : tapez dans un coussin ou hurlez
    • Si c’est de la tristesse ou de la peur : pleurez!
    • Pleurez, riez, sautez, dansez, peu importe : bougez et laisser l’émotion partir ! Et dites-le si possible à voix haute : Je suis en …../ J’ai ….. (émotions) !

4. Prendre soin de soi: Dites dans votre tête (dialogue mental) :

    • « J’ai vraiment été blessé par….. (personne) quand il a …..(action/parole) »
    • «  Je suis désolé.e que j’ai eu à vivre ça »
    • Faites vous un câlin mental ou physique !

Calin auto empathie bienveillance

Seulement après, une fois que vous vos sentez prêt.e vous pouvez retourner vers l’autre, et lui dire, comment vous vous êtes senti.e, éventuellement répondre à ses questions, trouver des solutions. Et seulement vous pouvez lui dire des phrases telles que :

«  Peux-tu m’expliquer ce que tu as voulu dire ? »

« Voilà ce que j’ai compris, est ce que c’était bien le fond de ta pensée ? »

« Je vois que toi aussi tu es blessé par…. »

« Je comprends ton geste, mais j'ai besoin de...»

Mettez cela en application et dites moi les changements que cela a pu occasionner chez vous et dans votre relation ! Il se peut que l’autre soit dans un premier temps affolé, vous culpabilise voire vous traite d’égoïste. Relativiser. Si un chirurgien a une plaie ouverte, il la soigne avant de vous opérer et de prendre soin de vous, sinon c’est dangereux, pour lui et pour vous. C’est pareil avec les blessures émotionnelles !

A vous de voir ;)

 

Belle journée ♥

Eva riveros coach de vie relationnel couple thérapie Yutz metz thionville

Articles

Le monde tel qu’il est (pour nous)

Nous aimerions tous vivre dans un monde de paix, sans violence, sans tourments, sans douleurs. Il y ferait bon vivre, les personnes coexisteraient sans difficultés entres-elle et avec la nature...

Lire la suite

Amour pour soi

RuPaul "Souvent, certaines personnes veulent avoir quelqu'un dans leur vie, car ils ne veulent pas être seul. Ma question est la suivante, si TU ne veux pas être avec toi même, pourquoi les autres le voudraient ?!...

Lire la suite

La trahison et la confiance en soi

Enfant, nous subissons beaucoup de blessures, de la part de notre environnement, de nos parents bien sûr, mais pas que. Une blessure seule perturbe l'enfant mais n'altère pas obligatoirement son développement...

Lire la suite

La honte et la culpabilité – la peur et la tristesse

La honte et la culpabilité sont deux fléaux dans notre société. Elles sont partout, dans les pubs, à l'école, dans les relations humaines, la politique. Nul n'y échappe, mais nous n'avons pas tous appris à nous en défendre...

Lire la suite