Eva Riveros

Je vous propose des séances de coaching personnel de vie ainsi que des libérations d'allergies et de phobies.

Contactez - moi

06.46.75.91.46

Mes engagements

Transformation

évolution

Adaptation

 

Découvrez les conseils et articles de votre Coach de vie personnelle et conseillère en relation humaine à Thionville, Metz et Yutz


 

Coach de vie personnelle et conseillère en relation humaine à domicile à Thionville, Yutz et Metz, je vous propose de découvrir tous mes articles de blog concernant mon activité.

 

 

Publiée le mercredi 31 juillet à 15h30
Le monde tel qu’il est (pour nous)

Nous aimerions tous vivre dans un monde de paix, sans violence, sans tourments, sans douleurs. Il y ferait bon vivre, les personnes coexisteraient sans difficultés entre-elles et avec la nature. Mais ce monde n’existe pas alors comment l'améliorer ? 

Il est évidemment possible d’améliorer les sociétés humaines et d’y inclure une meilleure gestion émotionnelle, résolution de conflits, une meilleure expression et prise en compte de l’autre,…. Il est nécessaire que l’homme se meuve car la vie est un perpétuel chemin. Une spirale sans fin qui aspire à l’évolution. Pour cela nous devons nous défaire de nos comportements inappropriés et lâcher nos attentes, nos croyances, et mêmes nos perceptions.

Le monde est duel

La dualité réside en toute chose. La vie respect la loi du nécessaire, et non de l’agréable, car l’agréable est sujet à interprétation. La pluie est vitale pour la survie des espèces, même si nous avons du mal à voir la beauté du geste lorsque nous sommes trempés jusqu’aux chaussettes des gouttes sur les lunettes à ne plus rien y voir, les cheveux ruisselants qui s’en foutent royal de ton brushing ou de ta cire coiffante.

Le bien et le mal sont partout, indissociables, ce n’est pas la faute du bien si nous choisissons de ne pas le voir. Ce n’est pas aussi simple que d’attendre de la vie ce qu’il nous semble bon. Cela impliquera d’abord que nous sachions ce qui est bon ou non pour nous, et à en juger par notre alimentation, nos produits de beauté, nos remarques et nos comportements, je pense qu’il est indéniable de conclure que non , nous ne savons pas, pas assez, pas assez bien. Nous ne connaissons ou comprenons pas, à titre individuel, comment nous fonctionnons, physiologiquement, biologiquement, émotionnellement et j’en passe. A la place nous faisons confiance à une poignée de professionnels qui sont tout autant humains que nous, et tout autant soumis à leur cerveau.

GNOTHI SEAUTON

Connais toi toi-même

Notre cerveau nous berne

 Il est connu de fait à l’heure actuelle que notre cerveau sélectionne nos perceptions, puis projette en fonction de notre vécu une émotion qu’il juge adéquate pour teinter la perception.  Ainsi, si nous avons tendance à angoisser, le cerveau peut facilement mal interpréter un souci de digestion, une déshydratation pour une angoisse, dans le but de corroborer  nos expériences passées et nos croyances [1]. Pour toutes proprioceptions – sensations internes – ou perceptions, il est intéressant de ne pas s’emballer quand à la vitesse de réactivité de nos neurones conditionnés mais, au contraire d’écouter cliniquement nos « symptômes » et de s’assurer que nos fonctions vitales primaires sont comblées avant de se noyer dans l’insomnie d’angoisse. Je rappelle qu’une émotion est sensée nous traverser durant quelques secondes(et pas pendant des plombes.)

De la même façon que nos sens sont impactés par notre passé, notre sens moral et nos jugements sont conditionnés par nos croyances, par notre vécu. Deux personnes n’entendent, ne voient et ne comprennent pas les mêmes choses. Nous pensons trop vite que notre message est clairement passé et compris, nous oublions nos propres filtres et ceux de l’autre. La communication est peut-être aussi vieille que la civilisation, cela n’implique pas qu’elle soit toujours fonctionnelle !communication dialogue

Ouvrir les yeux

Je ne doute pas que vous aimeriez un monde de paix, prospère et chaleureux. Mais lâchons deux petites minutes nos attentes et ouvrons les yeux. Le monde n’est pas que magique et rempli de bisousnours et oui, le non respect et la violence sont au cœur de nos sociétés. C’est peut être douloureux pour nous d’admettre que nous n’aurons jamais une vie tranquille et plate. La tristesse, la colère feront toujours partie de notre décor, la mort et les blessures aussi…

 

  • Faire l’autruche sur les événements difficiles ne fait que retarder l’explosion de la bombe, fermer les yeux diminue peut être nos perceptions mais n’altère en rien la réalité. Il est évident qu’une partie de la population résiste face aux infamies décrites. Il est intolérable, pour l’humain que nous sommes, de voir nos libertés bafouées, nos consentements violés, notre intégrité violentée. Et pourtant c’est notre quotidien.  De plus, j’ajoute une simple vérité qu’il serait bien que nous nous rentrions dans le crâne une bonne fois pour toutes: quand une personne parle, elle décrit comment elle a vécu les choses. Il n’y a pas à modifier sa version de l’histoire car c’est SA version de l’histoire. Nous sommes tous maladroits pour parler et communiquer, mais, en dépit du sujet, nous n’avons rien à ajouter qui viserait à modifier la version d’une personne. Qu’elle soit victime ou agresseur, que son histoire fasse écho à la notre ou non, que nous la jugions,  ou que nous doutions.

 

  • Il n’y a aucun intérêt à ne voir que le négatif, si ce n’est nous maintenir  dans des états d’esprit désagréables et à nous piéger dans l’inaction, ce qui est contraire à la vie.  Le négatif est là - et généralement il s’arrange bien pour qu’on le remarque - mais n’oublions pas que nous sommes responsables de ce que nous voyons et vivons. (Attention j’ai dit responsables, je n’ai pas dit que nous méritons, choisissons, ou voulons  ce qu’il nous arrive).  Ce qui nous blesse est là, il est utile de le regarder, de le reconnaître, de s’en protéger. S’y accrocher en revanche a des conséquences bien néfastes sur nous, spécialement d’un point de vue émotionnel.

 

  • En revanche, « ne voir que le positif » est complètement impossible et irresponsable, si les deux côtés existent, il y a une raison. Le beau, le bon nous nourrit, mais j’observe aujourd’hui une tendance excessive à l’optimisme névrosé. Il y a une différence entre prendre de la hauteur et voir un événement dans sa globalité et s’acharner à occulter le « côté négatif ».  

Maintenant, à vous de voir, et d’agir. ♥

 

Coach de vie Eva Riveros Logo phobie Strasbourg Robertsau Alsace

Sources/documentation :

[1]  Lisa Feldman Barrett – TED conférence : Vous n’êtes pas à la merci de vos émotions- votre cerveau les créées.

Articles

Le monde tel qu’il est (pour nous)

Nous aimerions tous vivre dans un monde de paix, sans violence, sans tourments, sans douleurs. Il y ferait bon vivre, les personnes coexisteraient sans difficultés entres-elle et avec la nature...

Lire la suite

Amour pour soi

RuPaul "Souvent, certaines personnes veulent avoir quelqu'un dans leur vie, car ils ne veulent pas être seul. Ma question est la suivante, si TU ne veux pas être avec toi même, pourquoi les autres le voudraient ?!...

Lire la suite

La trahison et la confiance en soi

Enfant, nous subissons beaucoup de blessures, de la part de notre environnement, de nos parents bien sûr, mais pas que. Une blessure seule perturbe l'enfant mais n'altère pas obligatoirement son développement...

Lire la suite

La honte et la culpabilité – la peur et la tristesse

La honte et la culpabilité sont deux fléaux dans notre société. Elles sont partout, dans les pubs, à l'école, dans les relations humaines, la politique. Nul n'y échappe, mais nous n'avons pas tous appris à nous en défendre...

Lire la suite